GEORGIE AZERBAIDJAN - LE JEU DES SEPT DIFFERENCES

Publié le par matthias

Pour une fois , je vais écrire à chaud .

Parce que dehors il pleut .

Pas plus de 20 degrés .

C'est la première fois depuis 15 jours .

Et ce matin j'ai passé la frontière pour l'Azerbaïdjan .

Je suis à Sheki , toujours sur les contreforts du Grand Caucase .

Bien installé dans une guesthouse au coeur de la vielle ville .

Demeure ancienne , parquet ciré, loggia avec fenêtre donnant sur des pommiers .

C'est de là que j'écris .

Je ne connais pas un mot d'azéri .

L'hôtelière vient de m'apprendre merci : « saar'ol » .

Depuis la frontière, j'ai roulé en taxi pendant environ une heure et demi pour arriver ici . Puis demandé mon chemin en ville, avec du bon vieux russo-globish . Et suis tombé , par hasard sur le boss, Ilham, qui revenait de faire ses courses . Le russe, comme en Géorgie, c'est super utile pour se faire comprendre . Dommage que je n'ai pas pris le temps de revoir mes cours avant le départ .

Je n'ai donc pour quasiment rien vu de l' Azerbaïdjan.

A part le paysage de quelques dizaines de kilomètres.

Alors je vais en profiter pour balancer mes premières impressions et les différences flagrantes avec la Géorgie voisine . A l'oeil nu . Et avec mes a priori .

La frontière : assez facile à passer des deux côtés , surtout quand on est à pieds . En voiture et bus , ça m'avait l'air d'être une autre paire de manches . Et, comme je m'y attendais , le niveau de vie économique en Azerbaïdjan paraît immédiatement plus élevé : à la douane tout est grand , neuf , propre . La manne pétrolière .

Petit doute quand le douanier s'est aperçu que j'étais allé en Arménie . Et qu'il m'a demandé pourquoi ( il y a encore quelques années, impossible de passer en Azerbaïdjan avec un visa arménien sur son passeport – les deux pays sont en conflits militaires plus ou moins gelés , avec une poussée de fièvre en avril dernier ...mais le bon docteur Poutine était là pour administrer sa potion et rapprocher tout le monde ) . J'ai répondu que j'étais touriste et pas de famille en arménie . C'est passé .

Géographiquement , et cela depuis maintenant quelques centaines de kilomètres, je suis le cours de la rivière Alazani qui va se jetter dans la Caspienne . En une très large vallée .

Plutôt sèche et viticole en Géorgie , et qui d'un coup de passage de frontière, devient arborée et verte !

Le Raisin vs La Noisette .

Nuts win by K.O.

C'est désormais des milliers d'hectares de champs de noisetiers ( des millions de litres de Nutella !!!), que je traverse .

Moi, question paysage , dans mon imaginaire, je m'attendais immédiatement à la steppe orientale, celle qui voyait l'une des routes de la Soie qui passait bien par là . Que nenni , on se croirait en plein milieu de la campagne ukrainienne ou slovaque ( pour ses détails russo-slaves) . C'est plein de petites fermettes les unes à côté des autres, avec leur étable et son foin au dessus , entourées de murs ( en Géorgie , ils connaissent plutôt les grilles et grillages rafistolés ) . Les maisons anciennes sont toutefois les mêmes que dans l'immédiat autre côté , et pour le chapitre des ressemblances , cerclages des fenêtres et des angles en briques rouges et pierres meulières ( de galets ) me font penser aux maisons de beauce et du thymerais . C'est troublant de trouver de telles similitudes avec le lieu où l'on est né , à quelques milliers de kilomètres de là .

Les routes sont magnifiquement bitumées ( merci le pétrole ) , mais pour autant bucoliques avec leurs doubles rangées d'arbres de chaque côté de la voie . Et on en plante des nouveaux . Partout .

A l'inverse du géorgien , on semble ici ne rien avoir à faire d'une belle et grosse bagnole made in deutschland, et on roule majoritairement en vieille lada , modèle 2107. Pour arriver devant sa belle et neuve maison . Avec des murs de clôture . L'inverse quoi .

Visiblement, le pays a su sauter le pas de l'effondrement du bloc soviétique, avec une économie autrement plus chanceuse . C'est propre, c'est neuf, c'est lavé avec Azeri Oil !

Question religion , le pays déclare à 95% de musulmans . Et aujourd'hui c'est vendredi .

Après avoir traversé 3 villes, quelques villages , je n'ai vu plus de 4 mosquées ( dont deux monuments historiques) . On n'est clairement pas en Turquie avec toutes ses nouvelles inaugurations, ni en pays islamo-quelque chose . Plutôt en autoritaro-truc … Des beaux 4X3 avec l'ancien président sur fond de bannière tricolore locale vous accompagnent tout le long de la route . Lequel était déjà chef du PC local depuis 1969 . Et depuis 2003 c'est son fils le Président .

Je ne sais pas si la question du voile se pose , mais je n'ai vu pour l'instant aucune femme ou fille en porter . Tout le monde s'habille à l'occidental tendance russian-style .

Dans cette traversée rapide de la province azerbaïdjanaise je retrouve aussi tout ce système des petites épiceries qui vendent toutes la même chose et les marchroutkas qui circulent de partout .

Beaucoup plus visible la présence des monuments aux morts de la Grande Guerre Patriotique de 1941-1945 .

Bon, je vais arrêter là l'inventaire et les premières impressions .

La pluie ne s'arrête finalement pas , mais moi ça ne va pas m'arrêter .

Et donc pour la première fois depuis 15 jours, je vais mettre des chaussures fermées , avec des chaussettes !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anna 27/10/2019 19:43

Bonjour ! Merci pour votre blog qui est très intéressant et confirme mon envie de visiter Bakou après la Géorgie :) Petite question, comment avez vous rallier la Géorgie à Bakou ? En bus ? Merci pour votre aide ! Anna