GEORGIE - UN DIMANCHE A KOUTAISI - PART II – 28 AOUT 2016

Publié le par matthiasautourdumonde

En marche, comme dirait l'autre .

Plantons le décor .

Mon auberge est sur la colline principale qui domine la ville de Koutaïsi, deuxième ville du pays, construite le long du fleuve Rioni .

C'est une colline comme j'en vois beaucoup dans la région, résidentielle et arborée. Les maisons sont très grandes , sur deux niveaux , avec des loggias , agrémentées de jardins plantés d'arbres ployants sous les fruits de saisons, de treilles de vignes, et de palmiers . Mon imagination faisant des siennes , plus d'une fois , je me suis cru transporter au coeur de la Réunion , avec ses maisons créoles à varangues, ses frontons en dent de requins et ses toits en zinc . Etonnant de similitudes. Dans le détail, c'est beaucoup de bric et de broc . Tout est un peu rafistolé de partout quand on s'approche de plus près . Témoignage d'une époque révolue et de temps économiquement difficiles.

Des petits groupes d'hommes se réunissent , assis à l'abris sous les frondaisons de placettes, et tapent la discut' . Avec la libre circulation de vaches dans nombres de rues laissant quelques méfaits, il s'en dégage une certaine atmosphère, très méridionale, provinciale, une certaine nonchalance, une simplicité , qui n'est pas désagréable du tout . C'est bien l'un des seuls pays où j'ai vu des ribambelles de vendeurs de hamacs le long des routes !

Le hamac, la pastèque, les amis, la bagnole : et vous faites le bonheur apparent du géorgien .

Le monument le plus emblématique de Koutaïsi est sa Cathédrale, Bragati, l'un des piliers de la foi ancestrale du pays . Construite sur la même colline, à 600 mètres . Qui de ruines majestueuses ( car dévastée par les turcs en son temps ) , a été refaite à neuf par l'ancien gouvernement, comme symbole de la nouvelle Géorgie dynamique et moderne . Mais pas sans lever une très grosse polémique avec l'Unesco, car la reconstruction allie colonne de métal et tour de verre .

Le dimanche c'est jour de mariage à Koutaïsi , voir l'emboutaillage de mariages !

J'ai dû voir 7 mariées en moins de 3 heures, dans le coin . Je vous raconte pas la tronche de la mariée quand elle arrive à la porte de la Cathédrale au bras de l'époux en costume traditionnel de cosaque , avec ses amies autour, et que la place est déjà prise par le couple idoine précédent … Alors que la 3ème mariée est en train de sortir de sa limousine … Sauf que la messe, la tradi, pas celle du mariage , n'est pas du tout finie !

Et là, bonne pioche, je pense que je suis tombé sur la fin de la célébration par le « Grand Pope » des orthodoxes de Géorgie, représentant de son Eglise autocéphale : un très vieux monsieur , avec une barbe de Père Noël , trainant des pieds pour quelques mètres dans ses chaussons-savates tout avachis, mais portant de lourds habits sacramentaux brodés d'or, et une tiare comme j'en avais vu au musée . Certains le filme pendant la cérémonie avec leur smartphone ( ce que je n'ai pas vu ailleurs, et pourtant il y a pratiquement la messe à chaque fois que je suis rentré dans une église ) . Beaucoup de géorgiens pratique au quotidien, souvent des jeunes , ne serait-ce par 1, 2, 3 voir 4 signes de croix rapidement exécutés, dès qu'ils aperçoivent une église . Dans les minibus , les marchroutkas, que j'ai pris dans tout le pays pour quelques euros, avec la promiscuité et la chaleur de l'habitacle, il est toujours étonnant de voir les gens se signer, surtout quand c'est le chauffeur ce qui n'est pas sans occasionner un écart de conduite pas très catholique.

Concernant la messe de mon Pope-Noël, elle est comme celle entrevue ailleurs : extrêmement longue, dans les 3 heures, les gens sortent et rentrent, on transpire tous beaucoup . Propice à une certaine transe méditative avec les magnifiques et lancinants chants polyphoniques des femmes du coeur . Tous semblent se mouvoir lentement au travers du brouillard d'encens .

Les croyants embrassent beaucoup : les porches, les portes de l'Eglise, les cadres des icônes, les icônes, les croix tendus par les officiants, la manche de celui qui porte la croix d'or et de pierreries . Une petite pensée du Malin qui me traverse l'esprit au milieu de cet océan de prières : toutes ces embrassades , ça doit faire un carnage lors des épidémies de gastro …

Continuant alors, mon chemin m'amène au jardin botanique, retrouvant quelques autres jeunes mariés et demoiselles d'honneur, mais pas la magie végétale de ma montagne magique de Batoumi . Un petit tour rapide, l'appel de la piscine se fait sentir .

Les Jessica sont en pleine action : bronzage . Qui doit bien être intégral en l'absence des guests de l'auberge , vu l'absence de marques … Quelque photo bien cadrée fait crépiter ma page facebook, et réveille quelques potes assoupis en MP .

Elles partent se faire une salade , j'en profite pour mettre ma musique Do Brasil qui va bien .

De retour , je perd immédiatement la guerre du son, avec, à donf , leur Papito Papito, mi amor , mi amor qui défonce bien les basses . Mais j'aime bien aussi .

Le soleil commence à décliner , direction la vielle ville .

Comme souvent , et j'ai lu dans mon guide qu'il s'agit d'une vraie mentalité géorgienne, place au façadisme . Tant en architecture, que pour sa voiture ou son téléphone, il faut montrer d'abord qu'on en a . Ensuite, derrière la façade c'est souvent désolé . Combien de X5 BMW garée devant une maison bringue-balante ?

Pareil pour la politique urbanistique actuelle . Les façades des centres-villes sont nickels, mais à peine 100 mètres plus loin ( enfin derrière ) c'est parfois l'abandon total et la ruine des anciennes infrastructures . Mais qui ira voir derrière à part quelques gars qui furettent comme moi ? Le Touriste, lui , sera rassasié par tout ce qu'offre de beau pays de fruits, de fromages , de vins et de bon pain frais . Le gouvernement veut mettre le paquet sur le développement touristique , et semble y mettre les moyens : tous les centres-villes sont ravalés ( souvent trop) , voir reconstruits dans un style « national », toutes les panneaux sont neufs en géorgien et en latin ( bye bye le cyrille de l'ex-suzerain russe ), églises , monastères et forteresses liftés et leur accès bitumé, distributions gratuites de cartes de chaque région avec leurs must-see .

Mais c'est cela aussi qui est fascinant dans ce pays coincé entre l'aride et pierreuse arménie , et les anciens mais toujours puissants occupants qu'ils soient russes, iraniens ou turcs . Tout dans le pays semble s'être effondré il y a des décennies, et maintenant on reconstruit petit à petit . L'état poussé de délabrement me fait quand même dire que ça a dû commencer bien avant l'effondrement de l'URSS . Et que ce dernier n'a fait qu'entériner définitivement les choses . Le colosse aux pieds d'argile qu'on apprenait dans les années 80 au collège .

Moi, j'aime bien les reliques artistiques à la gloire de la CCCP ( en V.O.) , tel que les mosaïques grandiloquentes sur les façades des HLM ou aux entrées des usines effondrées . Plus personnes ne semblent y prêté attention , et en moins de temps qu'il ne va en falloir , tout aura disparu, tombé en morceaux . C'est dommage, c'est aussi un témoin leur histoire .

Tout ce qui est neuf dans ce pays : les banques, des stations-services, les postes de police, des églises . La nouvelle alliance . La communisme a bien vécu .

D'Histoire multi-confessionnelle et multi-ethnique , la Georgie semble , de fait, s'être recentrée sur sa langue et son alphabet ( je n'ai pas acquis grand chose dans l'un et pratiquement compris rien au déchiffrement de l'autre vu que tout est doublé en alphabet latin ), sur son caractère orthodoxe national à partir de 1990 et la guerre civile, puis après 2008, qui a vu la perte de grandes parties de territoires occupées par la Russie .

Les juifs sont partis en Israël , les catholiques se sont convertis pour la plus part à l'orthodoxie quand le clergé de ce dernier a réquisitionné nombre de leurs églises, les musulmans sont peu visibles, et toutes leurs mosquées ont été rasées par les soviétiques . Le pays a perdu 1 million d'habitants depuis 1990 , pour passer à 4,5 millions .

Dans l'ancien quartier juif les synagogues ont été restaurées par de riches géorgiens de la diaspora ayant fait fortune en Israël .

Le panthéon-cimetière domine le fleuve, c'est bucolique , très propre. Les tombes, entourées de grilles, présentent les portraits en buste ou en pieds du défunt . Une petite table et parfois un banc, à côté . Pour partager un repas avec le mort ?

Je redescends par des quartiers qui commence à s'animer dès que 18H est passée . Avec la chaleur , le grand truc des hommes géorgiens, c'est de remonter son t-shit au dessus de son estomac . Qu'il a bien bombé de ses katchapouri et de son vin quotidien : ça tient tout seul ! Beaucoup de monde se promène donc le gros bide poilu à l'air . Avec les vieilles femmes tout de noire vêtues des collants au fichu, ça fait un bon cliché des groupements rassemblés . Les hommes d'un côté et les femmes de l'autre . C'est hyper flagrant .

Sur les conseils de ma guesthouse, un petit tour par le meilleur resto de Kinkhalis de la ville, El Paso (?) . C'est des gros raviolis frais ( fromage , viande épicée, pomme de terre ou champignons ) . On en trouve partout . C'est très bon , et ça se mange délicatement avec les doigts .

La première fois , je ne savais pas . Et question délicatesse, faudra repasser . Tranché au couteau, le kinkhali amputé fuit par tout moyen ta fourchette avant le grand moloch bucal, et lorsqu'il arrive à s'échapper , plonge avec allégresse dans le jus de ton assiette . Splash, mon veston tout décoré .

Beaucoup plus d'activités en soir dominical que les deux autres soirées passées ici . Mais c'est pas non plus Batoumi et sa fête permanente ! Je garde mes habitudes, après un petit tour devant les terrasses de bar avec concert jazzy , et je remonte avec le funiculaire antédiluvien vers le luna-park. Son gardien me sourit en me reconnaissant . Un petit tour devant la Tour Eiffel local et le manège « Paris-Dakar », dans le texte : la France (!) est partout ( en plus d'être à la radio avec ses dignes représentants que sont Maître Gims, Amel Bent ou Stromaïe, même si il est belge ) .

Pour moi c'est maintenant l'heure de rentrer . Le Luna-park est tout à côté sur la colline .

Et de retrouver mon Iphone , yak yak yak !!!

Car ce soir aux US, c'est les MTV Videos Music Awards 2016 ( les VMA pour les intimes ) .

Et en attendant le sacre de Queen B, le special award MJ pour Ri-Ri , c'est le grand retour de Britney, dont le nouvel album ( le 9ème ! ) est sorti 3 jours plus tôt, après avoir fuité sur les réseaux.

Brit-brit tease un show historique .

Aussi je me repasse sans vergogne ses prestations d'il y a 10-15 ans, avec son serpent albinos, sa barre de lap-dance .... En attendant de voir sa prestation demain soir ( because décalage horaire ) .

Minuit passe .

Oops I did it again .

Ok , j'ai craqué .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article