LE CARPINCHO ET MOI - 28/11/2008 -

Publié le par matthias

 

Au milieu d'un des nombreux nul-parts devant exister dans cette très vaste Argentine, je jette mon sac pour une petite pose, Séquence Nature ( là faut entendre Nicolas Hulot parlant syncopé dans son micro) : trois jours dans la réserve marécageuse dénommée Los Estreros del Ibera , formée par l'ancien lit du Parana – seconde fleuve d'Amérique du Sud après l'Amazone- il y a plusieurs milliers d'années . Ce qui a fait qu'un écosystème unique et une faune endémique a pu s'y créer . Dont mon ami le carpincho qui y vit en bonne cohabitation avec les caïmans et crocodiles pullulant dans ces contrées aquatiques .

Toute une famille de carpinchos a d'ailleurs Ă©lu domicile sur le terrain de mon hĂ´tel situĂ© Ă  Colonia Carlos Pellegrini : le papa , les mamans , et les petits , soit environ une dizaine de bestiaux , le carpincho Ă©tant le plus gros rongeurs de la planète et pouvant peser jusqu'Ă  60 kilos !!! Il ressemble Ă  un hamster gĂ©ant et aboie comme un gros chien quand on l'importune , c'est Ă  dire quand on veut s'approcher Ă  moins d'un mètre de lui . Sinon il n'est pas farouche . J'ai d'ailleurs pu me faire photographier avec ladite famille : pour me reconnaĂ®tre sur la photo de l'album , et Ă  l'intention de Benjamin ,  un indice : le carpincho se baigne sans maillot de bain .

 

Ici , il n'y a que les chants cacophoniques des centaines d'oiseaux vivants dans le marais , au son desquels je me fais bercer dans mon hamac , au coeur étouffant de la journée , quand le thermomètre annonce 33°C dans ma chambre …

Dans ces conditions, les visites en bateau du marais ne se font que le matin ou en fin d'après-midi : les oiseaux et autres animaux vivant sur les iles végétales aquatiques, se mettent également à l'abri de la chaleur aux autres moments du jour .

Obama conduisait le bateau .

Ce n'est vraiment pas du tourisme de masse : Ă  peine 5 hĂ´tels dans le village,  lequel est Ă  plus de deux heures en 4X4 de la ville la plus proche, Mercedes . On a vraiment l'impression d'ĂŞtre privilĂ©giĂ© .

En plus des carpinchos et des divers oiseaux , dont certains très agressifs car protĂ©geant leurs oeufs ( dĂ©ambulant le nez en l'air dans le jardin de l'hotel, j'aperçois soudain une sorte de grosse mouette que se jette en piquet sur moi en criant façon Hitchcock :  je crie aussi, et part rejoindre le petit chemin que j'avais quittĂ© ;  chacun chez soi ), on peut rencontrer de grands singes , de nombreux reptiles , et des cervidĂ©s et  renards adaptĂ©s aux marais avec des pattes très longues ( ça je n'ai pas vu ).

 

Bien reposĂ© après les treks urbains , je migre plus vers le nord avec deux flamands ( belges ) afin d'atteindre la ville de Posadas situĂ©e au bord du Parana, puis Iguaçu et ses chutes,  Ă  la frontière brĂ©silienne .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Tu es le blond ou le brun?
RĂ©pondre