03 - 15/05/2009 - BASTA LA CRISE : TOUS AUX SEYCHELLES !

Publié le par matthias

 

 

Eh oui , j'ose franchement le slogan .

A la fois pour exorciser un peu les probables difficultés que je vais sans doute rencontrer quand j'aurai remis les pieds en métropole ,et aussi pour dire à ceux qui veulent prendre de vraies vacances au Paradis , de venir ici .

UN VERITABLE REVE D'ILES ET DE PLAGES !!!

Et je commence à m'y connaître maintenant en la matière… Je ne vais pas faire la liste de tous mes voyages tropicaux/mer chaude/cocotiers/sable fin , mais je peux dire qu'il manque encore à mon tableau de chasse principalement les Maldives, la Floride , quelques paradis caraïbiens pour milliardaires, et les plages de Bahia ( mais ça j'ai déjà dit que je reviendrai !).

 

Evacuons rapidement dans un premier temps le cĂ´tĂ© matĂ©riel : il doit y avoir de biens puissants lobbies hĂ´teliers mondiaux et une volontĂ© gouvernementale, pour ne pas communiquer sur l'excellent rapport qualitĂ©-prix de la destination quand on loge en chambre d'hĂ´tes . Le prix d'une nuit d'hĂ´tel dans un  Ibis de Laon , avec en plus un dĂ®ner crĂ©ole pris au milieu d'un jardin d'Eden, une mer Ă©meraude Ă  portĂ©e de tongs et un sable si fin qu'il s'insinue partout ! Les Iles-hĂ´tels Ă  3000 Euros la nuit et les Palace Ă  2000, c'est le brin d'herbe qui cache incroyablement bien la forĂŞt des trĂ©s nombreuses et accueillantes pensions de famille ( la super famille Payet Ă  CĂ´te d'Or et sa chaleureuse Villa Bananier, et exception, comme partout , Tournesol Guesthouse, Ă  Ă©viter !)

Et à 9 H 30 de Paris , dîtes adieu aux antillais complexés pour être accueillis par les gentils créoles seychellois , métissés depuis longtemps , et complètement francophones ( bien que les Iles furent cédées à la Perfide Albion après la chute de l'Aigle Napoléonien). Des antilles heureuses en quelques sortes .


Et une fois arrivé , tout m'a paru parfait !

Que des clichés pour cartes postales !

Ce que j'ai fait ( toujours difficile de faire des photos un peu « dĂ©calĂ©es Â» dans ces conditions) .

 

Un rêve de mer . Perfection de température ( dans les 28°C ) , couleur émeraude , turquoise ou transparente comme dans sa baignoire. En dessous , une vie foisonnante extraordinaire. Nager parmi des bancs entiers de poissons jaunes et bleus fluo .

 

Un rêve de plage . Du sable d'une blancheur éclatante pareil à de la farine , et parfois mélangé à des grains rosés. Des cocotiers qui essayent de rejoindre les vagues .L'ombre des filaos bienvenue pour s'abriter aux heures des rayons assassins . Longue langue de sable ou crique abritée . Des noms évocateurs : Anse Soleil , Grande Anse , Anse Source d'Argent, Anse Coco, Côte d'Or , ... Et pratiquement jamais aucun papier ou canette vide venant polluer la vision de cette image idyllique : les seychellois sont très soucieux de la préservation de leur petit monde paradisiaque , et la faible population , 80 000 âmes, rend toute volonté politique de conservation et préservation réalisable .

 

Un rêve de paysage . Les blocs de granit, qui font la spécificité de l'Archipel, sont une source sans fin pour aiguiser l'imagination . Partout une impression de villes pluri-millénaires détruites ou englouties par les flots, du fait de l'amoncellement de ces blocs aux contours géométriques , massifs, le long des plages , sous la mer ou dans les forêts , et d'une matière et d'une couleur faisant penser immédiatement à celle dont sont faites les antiques statues divines des Ramsès et autres Amenophis. Impression accentuée quand on sait que les Seychelles sont la partie émergée de Gondwana , terres disparues au cours de la dérive des continents .

 


Un rêve de randos . Au milieu des essences endémiques , telle le coco de mer porteur de la fameuse coco-fesse, on parcourt les versants escarpés de Praslin ou Mahé en contournant les blocs cyclopéens , avec l'impression d'être devenu un insecte , la végétation jouant avec les quelques rayons du soleil qui arrive à traverser le plafond illuminé de vert . Ah, la Vallée de Mai sur Praslin ! . Les Seychelles sont loin d'être des îles plates façon Maldives et les pistes de randos sont nombreuses et parfois sujettes à un peu d'adrénaline , comme pour avoir le privilège de se baigner dans la piscine naturelle d'Anse Marron sur La Digue .

 

RĂŞve de dĂ©cor . Pour film de pirates. Les roussettes , chauve-souris gĂ©antes, survolent de leur battement de chevalier noir les cimes des forĂŞts, pendant que les sternes blanches fendent l'air au dessus des plages et que les pailles-en-queue dominent les cieux de leur vol circulaire et gracieux. Des couchĂ©s de soleil de folie oĂą les lignes de nuages rosĂ©s et violines semblent se dissoudre dans la mer Ă  l'horizon . Marche , vĂ©lo et bus locaux pour se laisser emporter vers tout cela , les distances entre deux points n'Ă©tant qu'au maximum de l'ordre de quelques kms . Et les pirates ? Presque : l'Ă©vènement national de l'annĂ©e a bien sĂ»r Ă©tĂ© l'action des pirates somaliens Ă  l'assault des croisiĂ©ristes au nord de l'archipel , il y a quelques semaines . Leur aventure s'est terminĂ©e avec la rencontre de la Marine locale . Le mot « pirate Â» est sur toute les bouches blagueuses des seychellois . En tout cas, les petits marins de mon excursion pour l'Ile Coco Ă©taient bien stressĂ©s en l'absence de jumelle quand ils ont vu filĂ© droit sur nous au loin un bateau inconnu . Mon super-zoom les a alors rassurĂ©s : bâtiment militaire Ă©tranger .


 

RĂŞve de calme : lĂ  ça dĂ©pend des envies c'est certain . Ici c'est pas Ibiza ! En semaine Ă  20 h : RAS , quelques chiens qui aboient au loin. Tout le monde chez soi . Le vendredi soir , lĂ©ger frĂ©missement . Le samedi soir : quelques dĂ©hanchĂ©s sur l'unique piste de danse de La Digue , mais du fait d'une descente au Port de la « Croisière s'amuse Â». Les seychellois sont bien calmes , et peu expansifs . C'est encore une terre infĂ©odĂ© au Roi Bob Marley ici , l'idole dĂ©clinĂ© sur les t-shirt, dans la coupe et le bonnet Rasta, et dans sa version la plus coooooooooooool, si ça peut exister . Et mĂŞme lorsque se monte une scène de concert ( de reggae Ă©videmment) le soir le long de la plage – l'Ă©vĂ©nement du mois ! - , chose Ă©trange, tous – une petite centaine de jeunes - regardent la performance en cercle Ă  au moins 50 mètres de la scène , dans l'ombre ! Folle ambiance ...

 

Rêve pour couples . Bon , moi j'étais seul , mais je n'ai rencontré que des couples ! Et amoureux . Souvent jeunes et français en voyages de noces ( Julie et Timothé sur La Digue ) , ou italiens pas en voyages de noces , mais bien sympas eux aussi, dans ma pension à Praslin ( Simon et Elisa , et Fiametta et son ami) . Et en fait plein d'autres types de couples, mais je ne pouvais pas parler à tous ...

En tout cas, tout le monde m'avait l'air enamourĂ© , couples lĂ©gitimes ou non , comme si tout ce decorum seychellois distillait un philtre d'Amour . Ou alors Ă  cause du fait de se retrouver tous ensemble de la mĂŞme « tribu Â». Effet de groupe ? Aussi, je ne vois pas pourquoi ces Iles devraient leur ĂŞtre uniquement dĂ©volues ! Donc, puissantes armĂ©es des cĂ©lib , levez vous et marchez sur les Seychelles , elles sont faites pour vous aussi ! Moi je ne me suis pas ennuyĂ© un instant .

 

Donc, un endroit pour se reposer au bord d'une plage idyllique ( ou/et randonner et plonger) en journée et la nuit pour dormir après un bon repas créole à base du sempiternel poisson grillé .

Des vacances quoi !



 

Avec même un Voici de début avril qui traine à l'hôtel : puisque je vous dis que tout est parfait ici ! Donc allongé comme il se doit sur le sable , après un petit quart d'heure à éplucher toutes les pages et lires TOUS les articles , quelques conclusions s'imposaient . Voici = la version popu du Monde ( tant que ce n'est pas l'inverse, ça va encore). L'image des Elites Politiques Françaises en crise . RAS que je ne connaissais déjà depuis 6 mois question people . Donc je m'explique . Comme je l'ai déjà écris , je ne me suis pas intéressé particulièrement aux évènements de politique nationale depuis mon départ , laissant ceux-ci me rattrapaient du fait de leur ampleur ( presse étrangère ou discussion avec français en vacances) . Résultat , et je me répète, le trio gagnant de ces 6 mois : Carla , Rachida , et Ségo . Et bien le Voici avait en couverture Sego et son nouveau mec , et Rachida qui n'a pas tout dit à Mireille Dumas … Le troisième larron de la couv s'était évidemment : la première Miss People de l'Histoire de France, Loana, et non Carla, qui semble devenue une véritable Vache Sacrée de cette presse là ! Donc déjà au courant . Je vous dis que je n'ai rien loupé aux plus fameux événements de notre beau pays !

 

 

Et l'on me dira : et tes commentaires élogieux sur la Polynésie ? Sitôt quittée , sitôt oubliés ? Non , mais je peux répondre que si l'on prend la moyenne de tous les critères pour l'élection de Mister Paradis Tropical, les Seychelles restent gagnantes , mais pour certains points particuliers la Polynésie garde sans conteste sa couronne d'hibiscus - l'extraordinaire gentillesse et accueil de tous les polynésiens , la beauté des lagons , les merveilleuses baies -, toutefois l'échelle géographique n'est pas la même ( l'une à la même surface que l'Europe tandis que les déplacements d'îles en îles de l'autre ne sont l'affaire que de quelques minutes en bateaux ) , et le développement économique est bien différent également ( là-bas c'est un autre stade , bien supérieur). Papeete est une vraie ville dynamique , avec même ses embouteillages ( notion de modernité ? ) , alors que Victoria n'apparait que comme un chef-lieu de canton, avec son unique feu tricolore , bien qu'y vivent pourtant un tiers de la population … Donc peu d'habitants, de petits espaces à parcourir à une échelle idéale, et un niveau de vie visiblement trés correct ( qui en fait d'ailleurs le champion de l'Afrique devant Maurice et l'Afrique du Sud , mais là les chiffres sont faussés par la faible densité même , et la forte entrée de devises que rapportent la pêche industrielle mondiale dans ses eaux encore très poissonneuses ( mes chers sushi nippons ) et le tourisme ).

 

 

Donc plus à hésiter , trouvez un vol sec, et venez étaler votre crème solaire allongé sur votre pareo, ici .

En tout cas , moi , je le ferai certainement Ă  nouveau !

 

La fin de mon sĂ©jour a toutefois Ă©tĂ© ternie par mon premier « pĂ©pin Â» mĂ©dical, puisque pour la première fois depuis plus de 6 mois , je me suis senti obligĂ© d'aller consulter un mĂ©decin seychellois . Rien de grave apparemment ( un hĂ©matome mal placĂ©, pour faire court ) , mais qui nĂ©cessitera quand mĂŞme la visite chez un mĂ©decin Ă  mon retour . Et quand on est seul , « malade Â» , et loin de chez soi , l'esprit Ă  tĂ´t fait de rapidement s'envolait vers des horizons plus sombres . Un petit coup de flip au dĂ©but , mais rapidement balayer ensuite par les rĂ©sultats positifs des anti-bio .

Donc plus de bains de mer , de jogging , ou de crapahutage Ă  travers la forĂŞt vierge jusqu'au retour : je reste tranquille pendant 4 jours .

Ce qui me conforte dans l'idĂ©e de toujours profiter au maximum du moment prĂ©sent quand c'est possible, de me rassasier de tout ce que peut offrir un lieu avant d'aller voir plus loin et de recommencer . Et en quelques jours , j'avais pu faire des kilomètres de marche , de la plongĂ©e, une rando « sportive Â», plusieurs excursions sur les Iles annexes alentours pour admirer les fonds sous-marins uniques avec son seul masque , aller Ă  la rencontre des tortues terrestres gĂ©antes et des sanctuaires pour oiseaux, et pris des bains de mer dans tous les plus photogĂ©niques spots de Praslin et de la Digue .

Assez pour donner le goût du Paradis à retrouver .


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article