BACK TO BACKPACKER : RETOUR A LA REALITE : 12-13/08/014

Publié le par matthias

 

 

C'est le dĂ©part !

Et avec l'objectif de faire mon Grand Tour en partant pieds au plancher, c'est donc la direction de la Gare de l'Est que je prends cette fois-ci pour le train de nuit vers Munich .

Départ 20h05 , 12 août 2014 .

Etonnant de partir de la Gare de l'Est , puisque c'est celle que je connais le mieux maintenant , avec ma famille habitant Ă  Reims, et le Jeu de Piste de l'Inde et ses trĂ©sors cachĂ©s en sous-sol ( porte 9!) ! C'est peut-ĂŞtre Ă  cause du fait que je voyais tous ces noms germaniques affichĂ©s sur les Ă©crans que je me suis dit que je partirai Ă  leur dĂ©couverte un jour ...

Et puis aussi la référence au mythe de l'Orient-Express, qui suit à peu près le même chemin que je veux suivre pour mon premier tronçon de voyage .

La semaine précédant le départ je suis d'ailleurs allé visiter l'expo sur ce train mythique de l'entre-deux guerres . Après m'être cassé les dents deux fois avant , face à l'affluence . Le mythe est toujours bien vivant! Luxe, rails et volupté . Et il avait l'air de s'en passer bien des choses dans les compartiments marquetés...

Mais les temps changent !!!

LĂ , pour moi , c'est la couchette Ă  six , avec l'un des lits du bas : en gros , soit tu es allongĂ© dans ta cabine , soit tu sors . Position assise impossible , façon demi-Ă©tage de «  dans la peau de john malkovitch Â» . Pour l'Orient-Express on repassera , mais je m'en doutais un peu quand mĂŞme que Lalique n'avait pas eu cette fois l'exclusivitĂ© des verres Ă  dents et des plafonniers du Paris-Munich via Stuttgart .

La nuit se passe sans accroc avec mon attirail multi-brevetĂ© : les bouchons de cire, le masque de nuit, et le drap de soie made in DĂ©cath . Avec ces trois Ă©lĂ©ments, INDISPENSABLE , je peux dormir partout en tous lieux et toutes circonstances . RĂ©veillĂ© seulement Ă  la « douane Â» par le commis , Ă  une heure indĂ©finie : «  Billet !!! Touriste ? Oui ! Danke ! Â» C'est effectivement efficace l'espace schengen . Heureusement que j'ai pas dit que j'Ă©tais un vagabon djihadiste de retour de Sierra Leone avec une toux carabinĂ©e .

8H30 Munich ! Tout le monde descend .

J'ai choisi une auberge à côté de la gare qui est également très proche du centre historique .

Temps gris , un peu frisquĂ© : aoĂ»t Ă  Symi la grecque me paraĂ®t Ă  des annĂ©es-lumières passĂ©es.

Le programme du jour : reprendre ses marques de backpacker, remettre la machine corporelle en marche pour les trekkings urbains quotidiens Ă  venir et attendre la soirĂ©e et mon rendez-vous avec Quentin , un ami de Benoit , que j'ai rencontrĂ© l'annĂ©e prĂ©cĂ©dente Ă  l'enterrement de vie de garçon de ce dernier en Catalogne . Il habite depuis deux ans ici avec sa famille .

L'auberge, la 4youhostel, est une vĂ©ritable usine : ça grouille de partout , de toutes les continents , sur 6 Ă©tages , beaucoup de jeunes filles asiatiques ( que je ne reverrais pas plus loin sur la route d'ailleurs – je penche plutĂ´t pour le mythe Sissi et les châteaux de bavière, très kawai ) .

 

Mon premier check-in, passeport : on me remet LA carte magnĂ©tique . Le sĂ©same . Sans elle tu ne peux rien faire . J'avais dĂ©jĂ  connu ça ailleurs , mais me rappelle plus alors oĂą . Tout ce dont je me souviens , c'est que c'est super chiant Ă  gĂ©rer . Et pour un premier stop , je suis jetĂ© dans le grand bain , direct.

Pourquoi me dirait-on ? Au Marriott aussi ils donnent une carte magnĂ©tique pour entrĂ©e dans sa chambre .

Halte lĂ  Coco, , la 4youhostel , justement c'est pas le Marriott qui est juste en face ( ou Ă©quivalent) . Car , grosse diffĂ©rence , au Marriott tu ne partages pas ta salle de bains avec les occupants de tout le couloir ! Et ça , ça mĂ©rite une petite logistique intellectuelle .

Je m'explique .

Tu rentres crevĂ© après avoir usĂ© tes semelles sur les parquets royaux d'au moins 3 musĂ©es bavarois parmi les mieux achalandĂ©s au monde, en un seul jour car dehors il pleut . Clic , carte magnĂ©tique sur la poignĂ©e , sĂ©same ouvre toi , sac Ă  dos jetĂ© sur le lit superposĂ© , te dĂ©brailles, et lĂ , home sweet home, une envie devient subite . Tu ressors illico pour trouver les toilettes commune . GAME OVER !!!

Fallait pas oublier la carte remise dans ton sac Ă  dos instinctivement pour ne pas la perdre . Deuxième Ă©cueil : le cas de l'envie nocturne . Tu as bien penser Ă  mettre ta carte dans ta trousse de toilette la veille au soir pour aller te dĂ©barbouiller pour la nuit Ă  passer . RĂ©veil 3H du mat , ça ronfle tout autour . Tu ères vers la porte de sortie . GAME OVER !!!

Pas de trousse ( pas besoin pour aller là je vais ...) , et c'est direction la réception en caleçon .

Bon tout ça , ça ne m'est pas arrivĂ© !

Ca aurait pu....avec ma première Mass ( + sa pinte en prologue ) à l'Hofbrauhaus initié par Quentin .

 

DSCN3352

 

 

 

DSCN3343

 

 

DSCN3344

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mes 25/08/2014 18:39

Welcome back on the road, Man of GT!