ECLIPSE SPATIO-TEMPORELLE A TRICHY : 10/12/2011

Publié le par matthias

 

Hier soir j'ai trouvé ce que j'étais venu chercher .

Une Inde millénaire, mystique et mystérieuse .

La sensation de cette Inde-là , ressentie déjà à Benarès il y a treize ans .

 

Cette fois-ci, j'ai eu l'impression d'avoir été transporté à travers des Temps immémoriaux , d'être le spectateur de rites immuables et fascinants .

Bref : j'ai passé toute la soirée à déambuler dans le Ranganatha Swani de Tiruchirapally , alias le Srirangam Temple de Trichy ! A l'appel du son du tambour ou des clochettes, des rumeurs lointaines ou des fusées d'artifice sporadiques, au milieu des salles aux dizaines de colonnes ou dans les cours intérieures .

 

Ce voyage temporel s'est donc déroulé à Trichy au Tamil Nadu ( Etat du sud de l'Inde) après bien d'autres épisodes qui n'ont pas été relatés pour l'instant : la dernière fois je revenais de mon escapade à la capitale du yoga !

Entre temps, pas mal de choses évidemment, mais on peut dire que jusqu'à hier les génies de l'Occident ont un peu perturbé mes rêves de l'Orient . Et mécaniquement l'envie d'écrire . Enfin plutôt la possibilité . Mais pas de faire des photos !!! ouf .

 

 

Revenons à cette grande journée d'hier, car j'étais certainement dans de bonnes dispositions : un trajet en bus de Pondicherry d'une poignée d'heures qui m'a lâché dans un demi-sommeil anémié à 2H30 du mat au beau milieu de la gare routière de Trichy, point névralgique des transports de toute la région. Légèrement brumeux, je quitte la gare et son activité au ralenti, mais toujours honnête ( gargottes fumantes, familles endormies, foules de fantômes errant sous les néons ou allongés raides à même le sol, sifflets et cris de contrôleur de bus , et quelques klaxons intempestifs pour ne perdre la main !) .

Direction, quelques dizaines de mètres plus loin, le Ramyas , l'hôtel conseillé par mon guide comme étant «  très bon ». C'est complet . Mais comme je compte aussi rester la nuit suivante, je réserve , et en attendant on me propose l'un des sofas qui se présente, pour finir ma nuit, l'autre étant occupé par le groom dont l'accent anglais est bien meilleur que celui du réceptionniste...

Banco !

Mais le velours c'est chaud par 30°C dans l'air, et pas de clim pour le sofa du groom .

Le sommeil est court, je dois faire place nette dès 6H car les clients commencent à arriver ou partir .

Quittant l'hôtel, j'y laisse mon bagage, qui attendra mon retour dans l'après-midi, et direction la gare de trains pour la visite de la ville de Tanjore et de son célèbre « Big Temple », dixit les anciens colons . Une bonne heure de trajet occupée à admirer les plaines de rizières en eaux, non encore assommées par la chaleur torride à venir . Des milliers de grands et beaux oiseaux, partout . Des paysans à leur travail . Quelques somasas ambulants d'engloutis. Et ces Indiens, mes voisins de wagon ou d'arrêts en gare, qui m'intriguent de par leur qualité même d'indien : toujours , partout, mais une fois seulement que l'on est « rentré » dans ce Pays , l'impression d'être spectateur . D'autant plus que, cette fois contrairement à il y a 13 ans, je n'ai pratiquement jamais ressenti en échange ce regard d'incompréhension et pesant qu'ils avaient souvent à mon égard, alors . Entre temps , le pays s'étant beaucoup ouvert au Monde, l'incrédulité sur la présence de celui qui n'est pas indien s'est sans doute beaucoup atténuée .

 

Débarqué une nouvelle fois au milieu de cette folie urbaine identique à beaucoup des villes indiennes moyennes d'aujourd'hui (un code de la route réglé par la Loi du plus fort, des panneaux de publicités anarchiques, le brouhaha des klaxons de tout ce qui à plus d'une roue, des gens de partout, un traffic monstrueux, des constructions déjà usées par la mousson mais pourtant presque neuve , …), je repère facilement mon temple, l'un des plus anciens du sud du pays : sa pyramide principale domine la ville du haut de ses plus de 60 mètres . Facile pour se diriger pour une fois : dans ce pays, mon GPS intégré n'est pas toujours efficace, et j'ai dû souvent sortir ma boussole pour vérifier que je ne prenais pas la mauvaise direction tant l'activité anarchique des rues se ressemblent pour moi . De plus , comme le pays est en développement accéléré, on peut très bien repassé dans l'après-midi au même endroit que le matin même sans reconnaître la chaussée qui aura été défoncée à cours de marteau-piqueur ou à la masse et à la sueur entre temps …!

 

Le périmètre des murailles du temple est énorme et à l'intérieur, quantité d'autres templions et des galeries courantes, qui donnent des perspectives sympas .

C'est la fin de cette matinée, le soleil cogne fort , et beaucoup d'activités religieuses avec ses bhramanes en action dans leurs chapelles : on pratique souvent en famille apparemment , en même temps que l'on fait du tourisme, le temple étant très renommé .

Même en tant que non-hindou , on me laisse tranquillement déambuler dans tous les coins et recoins jusqu'au saint-des-saints, le centre de la pyramide .

Tout est très beau , ouvragé et presque serein , malgré l'avalanche de sculptures qui recouvre chaque surface .

J'y passe à bon moment .

Puis un petit tour dans la ville plus ancienne avec ses ruelles aux commerces typiques, surpris par une courte mais forte averse et me voici dans l'ancien palais du maharaja transformé en musée . Sympa sans plus : beaucoup moins remarquable qu'au Rajasthan .

 

  34 - INDE DU SUD 461334 - INDE DU SUD 4639

34 - INDE DU SUD 466734 - INDE DU SUD 4690

34 - INDE DU SUD 470334 - INDE DU SUD 4727 34 - INDE DU SUD 4744

34 - INDE DU SUD 4749

 

 

 

Retour à Trichy en bus ( plus rapide et efficace) pour changer du train , et après une petite pause, je m'en vais au soleil couchant en direction du Ranganatha Swani , le grand temple consacré à Vishnu à quelques kilomètres au nord ( en Inde quelques kms dans une ville, c'est souvent toujours la même Ville ! Il faut bien casé son 1,16 Milliard …) .

La fatigue de la courte nuit de la veille commence à peser quand je passe la première enceinte du Temple alors que l'obscurité est presque déjà là .

C'est LA que j'ai traversé la Porte Spatio-Temporelle …!

 

Monumentale cette Porte – au moins 10 mètres de haut et 5 de large avec une tour de 73 mètres construite au dessus ! – tout comme le reste du temple , qui est en faite une Ville dans la Ville . Un Temple-Ville . Sombre et puissant .

J'étais revenu aux temps des grandes villes sanctuaires de notre Antiquité .

Me sont arrivés en tête les impressions laissées par les descriptions marquantes du Grand Temple d'Elagabal à Emèse , faite par Artaud dans son Héliogabale ( le stupre et la luxure en moins ) .

Des suites de cours immenses enserrées dans 3 km de remparts, des salles aux 1000 colonnes , des chapitaux zoomorphes identiques à ceux admirés par Alexandre à Persepolis, des couloirs à n'en plus finir, des petites chapelles avec ses idoles noires de suie et d'huile, des gardiens de pierre montés sur des animaux mythologiques. L'ensemble est éclairé à la lueur de minuscules lampes à huile ou au néon blafard .

Et une foule de pélerins pratiquant partout, dans le moindre recoin où se présente l'effigie d'un Ganesh usé par les doigts dévôts ou face à une statue habillée de Shiva ou bien s'allongeant entièrement devant une représentation bovine en bronze au pied d'un lotus de pierre baigné de lait . Les brahmanes s'activent devant leurs autels . Les chants , signes religieux et imprécations retentissent sans qu'un signal ou qu'un ordre semble être ordonné . Les cultes se suivent d'une salle à l'autre sans rigueur apparente .

Certains courent dès qu'une clochette retenti au loin, d'autres se pressent d'aller prié Vishnu au coeur même du sanctuaire - qui m'est interdit – comme si leur vie en dépendait . Beaucoup de pélerins hommes arrivent et restent en groupes : même couleur de sarong , torse nu, colliers sacrées.

Mais le sacré n'est pas partout , le mercantile règle aussi ici, avec des dizaines de boutiques plus ou pas du tout achalandées de bondieuseries , d'objets utilitaires divers, de jouets …

 

Le Temple commence à se vider alors que je n'en ai pas encore fait le tour porté pendant plusieurs heures par la magie des lieux .

Et là , une ombre sur la Lune . Enorme . Sauf que le nuit est claire .

Une éclipse de lune !!!

Elle sera totale, et c'est la première fois que j'en vois une .

Je suis content , je repasse la Porte monumentale bien fatigué et heureux par cette très longue et unique journée .

 

34 - INDE DU SUD 479534 - INDE DU SUD 4809

34 - INDE DU SUD 481634 - INDE DU SUD 485034 - INDE DU SUD 4856

34 - INDE DU SUD 481234 - INDE DU SUD 4872

34 - INDE DU SUD 480734 - INDE DU SUD 4820

34 - INDE DU SUD 480134 - INDE DU SUD 488134 - INDE DU SUD 4886

 

Publié dans INDE 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article