OOH LA LA : THE DIRTY PICTURE - 02/12/2011

Publié le par matthias

 

415px-The Dirty Picture2 

  Incontournable : la séance de la dernière comédie sortie des studios de Bollywood !

La mienne : THE DIRTY PICTURE .

J'y suis allé le jour de la sortie : c'était chaud-bouillant comme dit Valérie .

 

Super hasard dans le choix de film : une triple mise en abîme !

Je suis venu voir le spectacle d'une salle de spectateurs d'un film de bollywood venant tous voir ( mater ! ) une star d'une comédie bollywood qui raconte l'histoire d'une ancienne star de comédies bollywood ( de Madras en réalité , mais bon , c'est tout comme ) . Ca va , tout le monde a compris ?

 

Vraiment étonnant ! J'ai pu avoir deux spectacles pour le prix d'un .

 

Le pitch : durant les années 1980, une star du cinéma tamoul de Madras ( capitale régionale du sud) , très très TRES sexy , émancipée et prête à tout ( même à fuir sa famille pour réussir !) , qui termine sa vie seule et alcoolique ( mais riche dans sa villa de star , quand même) . Pendant son heure de gloire, elle déplaçait les foules par milliers dans les salles obscures par ses poses suggestives et sensuelles .

 

30 ans plus tard , rien n'a changé !

 

Déjà , il faut savoir que les spectateurs sont à 95% masculins et ont moins de 22 ans… donc par définition : célibataire et habitant encore chez leurs parents !

Drôle d'ambiance . Le scénar est donc écrit en conséquence .

Quelques familles ( avec bébé ! ) et quelques filles entre copines un peu égarées là , aussi . Et puis Valérie et moi .

Une grande et unique salle avec deux niveaux de classe . La première , avec siège rembourré et ventilo au dessus de la tête , tout en haut . La seconde ( moitié moins chère, soit moins de 1€) , pour la grosse majorité, tout en bas, sans les options énoncées . Sinon , c'est le même film .

Quoique …

Parce que les gars devant, ils sont CHAUD-BOUILLANTS ! Ool la la , ooh la la !

Déjà , dans la waiting-room ( sorte de salle d'attente de centre d'administratif sans aucun charme ni décoration ) , la foule s'agglutine devant la porte de la salle de ciné, et , plus approche l'ouverture de la porte , plus ça crie, ça s'échauffe, ça rigole fort entre potes , ça chante quelques bouts du refrain du tube du film, diffusé quelques mois avant la sortie officielle pour que tout le monde le connaissance : Ooh la la , ooh la la que ça s'appelle ( en lien  en dessous ) .

 

  http://www.youtube.com/watch?v=5XjpV9n25Yk

 

Quand les portes s'ouvrent enfin , c'est une course de survie pour les premiers rangs .

 

Nous , on s'installe tranquille en haut , en essayant d'éviter tout turban porté par un sikh sur le siège d'en face !

Et on attend . On attend … On attend que ça commence, parce que l'ouverture des portes est à heure fixe ( 14H, 17H et 20H) , mais le film ne commence que pour terminer deux minutes avant l'heure de la séance suivante ( quelques minutes avant la fin de la projection on entend déjà les gars de la séance suivante qui crient depuis le couloir …!) .

Arrivent les pubs .

Le savon Venus, il lave cash : miss Venus elle se savonne abondamment dans sa baignoire marbrée , mais parfois avec pas trop de savon ( …) : c'est l'émeute partout dans la salle : ça s'époumone , ça siffle , ça lance des blagues, ça remue . Fin du spot . Calme : au moins 5 minis pubs de sensibilisation aux actions relatives au ministère de la Santé dans les campagnes indiennes . Puis un très long et très beau spot sur l'Inde et les indiens du Parti du Congrès, parti au pouvoir , car c'est bientôt les élections . On entend les mouches ( ou le ventilo ) tournaient …

 

Et c'est le début du film avec la nomination des acteurs , et re-émeute ( avec dans l'ordre d'apparition Vidya Balan dans le rôle de la Star Silk Smitha, Naseeruddin Shah dans le rôle de la vieille star sur le retour , Emraan Hashmi dans le rôle du réalisateur prude, et Tusshar Kapoor dans le rôle de l'amant transit .

Première constatation le film est super bien filmé , la lumière et le jeu des acteurs au top ! Un niveau supérieur à celui de beaucoup de comédies françaises où l'image est plate .

Ensuite, je ne comprend pas tout de l'histoire, car beaucoup de dialogues, de vannes sans doute à doubles sens, ou non, qui font rire gras tout le monde . Et ça dure plus de 2H 15 . Parfois , l'humour m'est accessible , et c'est drôle .

La star racontée, la bien-nommée Silk , en plus de n'avoir pas froid à son corps dans tous les sens du terme ( l'actrice a pris 12 kilos pour le rôle ) , elle ne semblait pas non plus garder sa langue au freezer ! Et les acteurs dans film, ils n'en mènent pas toujours large, question répartie .

 

 33 - INDE 3897

 

En réalité , le fait que ce soit une histoire vraie d'une actrice d'il y a 30 ans , je ne l'ai pas du tout compris en regardant le film ( mais lu au retour de la séance ) . Parce que côté reconstitution ( voitures, mode vestimentaire – pantalon large, chemise à grand col pour les acteurs, saris pour les actrices sauf pour la star qui porte ses robes très très sexy cousues directement sur son corps voluptueux … - , décoration intérieure), rien ne semble vraiment avoir beaucoup changé de ce que je vois au quotidien depuis mon arrivée à Dehradun … Enfin c'est mon point de vue !

 

Quand vient à retentir les premières notes de Ooh la la ooh la la et la chorégraphie, ça sature , c'est le délire : tous reprennent la chanson .

 

Mais dans ce film là, peu de chorégraphies ( 3 ) et beaucoup de dialogues et de l'action.

 

Concernant la morale du film : je vais encore faire dans la speudo-analyse socio-culturelle : la fille qui boit , fume, répond aux hommes, les aguiche à tour de rôle pour arriver à ses fins : elle finit seule et se suicide à la Marylin seule dans sa chambre à coups de é , dans son sari traditionnel ( dernier éclair de repentance ? ) et pas avec une de ses mini-jupe et bustier très échancré qu'elle porte tout au long du film …) .

Hou! hou ! C'est pas bien une fille comme ça ! hein les gars ? ( la question finale est posée au public , qui s'est quand même bien rincé l'oeil pendant plus de 2H ) . Fait gaffe à ta soeur pour ne pas qu'elle glisse !

 

D'un autre côté, le rôle il y va fort quand même dans la trashitude : la star déjà dégringolée de son piédestal , elle touche pratiquement au porno clandestin !

Il y a quand même une marge entre avoir du répondant avec les hommes et finir sa vie en tournant avec un pornographe crapuleux ! Que le film laisse sans doute au spectateur la possibilité de faire son opinion et de poser le curseur .

Enfin bon , c'est l'Inde ça aussi , même si moi dans la rue , je vois tout de même beaucoup des jeunes filles en jeans – de la génération suivant celle de Silk - qui m'ont l'air d'avoir pas mal d'assurance . Cela vaut mieux pour avoir sa place dans ce monde un brin machiste … Sinon, hop , à la maison .

 

Pour revenir au spectacle de la salle : alors que le film n'est pas fini , mais que l'héroine s'est repentie de tous ses excès par son suicide , le public commence à quitter la salle qui se rallume ! , le tout avec l'image continuant de défiler sur l'écran ( crémation de la star, désolation de ses ex-amants , etc) .

 

Bon, allez ouste , dehors , la meute rugit déjà depuis trop longtemps dans le couloir !!!!

 

 

PS : pour autres anecdotes : un entracte pause pop-corn au point critique du film, un préposé qui vient compter en cours de séance le nombre de spectateurs dans la salle , à coup de faisceaux lumineux dans la figure , une chanson d'amour tournée comme un clip d'Hélène Séguara .

Bref, c'était incroyable !

Et en plus , moi , j'aime bien discuté au ciné ...!

Publié dans INDE 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Benj 14/12/2011 10:29

Comme on dit chez moi: indien vaut mieux que 2 tu l'auras

Dronne 03/12/2011 21:18

J'ai tout lu passionnément Matthias ! Et ça m'a un peu rappelé la séance ciné en Birmanie avec les places 1e classe qu'en touristes nous avions pu nous payer. Mais là-bas, c'était moins festif,
surtout avec l'hymne national en début de séance et tout le monde qui se lève pour honorer le régime (et nous on a suivi pour pas être engeolées sur le champ !) et le film était d'une qualité des
plus discutable, un sous-produit indien sûrement, pour distraire le bon peuple (des jeux à défaut de pain).